27 juillet 2012

4:44 Last day on Earth en Irlande.
Pour la première fois depuis deux semaines, il y a un grand soleil à Killarney (oui je sais je rabâche mais JE SUIS CONTENTE).
9h45, en route pour Dunquin où nous prenons le ferry pour la Great Blasket Island.


Ah. Oui. Alors le ferry pour la Great Blasket island, c'est pas facile facile à trouver. Mais à mon humble avis niveau rapport prix / balade (pas trouvé mieux) pour visiter l'île principale, ça vaut mieux que les Eco Marine Tours, bien que je n'ai pas expérimenté la chose. Mais le truc c'est que tout le monde met en avant les eco tours, mais le petit bateau qui fait des allers / retours entre l'île et Dunquin, on en parle pas beaucoup... :D
Avant de partir j'ai lu ça dans le guide Michelin, je me suis dit « ah chouette », et j'ai envoyé un mail à l'adresse qui était indiquée sur le site qui était indiqué dans le guide, à savoir ferryandtours@blasketislands.ie. Sauf que le mail a été transféré à Marina Tours (un autre site), et c'est Michael Sheeran qui m'a répondu, de son adresse info@marinetours.ie , en me disant que les Eco Marine Tours étaient disponibles sur son site et que dans les eco tours, il y avait une escale aux great blaskets island. Maisjesaismaisc'estpascaquejedemandaiiiiiis.
Donc là, attention. Parce qu'il existe bien des « eco tours » à 50 euros, avec un tour en bateau, en faisant le tour des blaskets islands et une halte à la great blasket island, et c'est ce qui clairement le plus mis en avant. Les départs sont à Ventry Harbour ou à Dingle harbour (mais je crois que c'est une autre compagnie). Avant il y avait des eco tours qui partaient de Dunquin, mais désormais tout part de Ventry.
PAR CONTRE, à Dunquin, il y a toujours les ferries qui relient directement Dunquin à la Great Blasket Island en express 20 min (il y en a aussi de Ventry je crois mais c'est plus cher et plus long). Mais alors c'est le bazar pour avoir des infos. J'ai fouiné partout sur internet, j'ai trouvé au moins 5 numéros de téléphone différents (le port de Dunquin, le numéro du skipper, le port de Ventry, le « standard » de Eco Marine Tour, qu'en fait on sait pas trop si c'est eux qui organisent cette traversée ou pas)... Et plein d'adresses mails. J'ai pas réussi à avoir d'infos concrètes sur cette traversée. J'ai vu un site disant 25 euros aller / retour, un site 30 euros (surement le plus récent :D) … bref en allant à l'office tourisme de Killarney la veille (qui est génial d'ailleurs, ya plein d'infos!!) j'ai parlé de cette traversée au mec derrière son bureau qui a fait une recherche google (LOL) pour me dire exactement ce que j'avais lu de mes yeux 3 mois plus tôt. De son bureau, il appelle le numéro écrit sur le site internet et nous file le combiné pour qu'on réserve. Il avait pas trop l'air au courant de cette traversée, puisque lui aussi nous a premièrement parlé des Eco tours de Marina Tours.

Retour le 27 juillet à 11h. Nous sommes au port de Dunquin (minuscule mais indiqué), et là sur le parking il y a un espèce de van qui vend les billets, tout simplement. Surprise, finalement c'est que 20 euros l'aller retour par personne.
Et nous voilà à bord du « ferry » qui est en fait une petite vedette où on est tous assis un peu serrés (moi et mon frère on est debout, c'est plus drôle !) Gilet de sauvetage obligatoire pour tout le monde, sinon on ne part pas !
Au bout de 10 minutes de traversée, on arrive presque à l'île! Ah oui mais pour avoir sa récompense à la fin du jeu, il faut passer le niveau supérieur, avec le boss de fin. Pour aller sur l'île, pas de ponton, pas de jetée, un zodiac. Moi j'aime bien, mais le truc c'est qu'ils pourraient peut-être prévenir que c'est pas super facile d'accès, parce que le passage « ferry » – zodiac – rochers glissants – terre ferme, ma grand-mère elle le fait pas. Bon okay, en même temps ma grand-mère n'irait pas sur une île dans l'Atlantique où y a plus personne qui vit... En tout cas moi j'ai adoré ce petit passage Koh Lanta.




Au départ

A l'arrivée



Arrivés sur l'île, c'est fabuleux. Il n'y a plus rien après jusqu'aux USA (à part deux trois îles accessibles qu'en hélico). Ça fait bizarre de se sentir "au bout du continent", et en même temps ça donne une véritable joie, intense et profonde, un sentiment de bien-être assez rare. Celui de se rendre compte de sa place sur Terre, de l'endroit précis où on se trouve et d'apprécier l'immensité de ce monde. Je sais, c'est beau.
L'île est complètement sauvage, belle et plus ou moins désertique, à savoir qu'elle n'est absolument pas aménagée pour les touristes. Il y a seulement un bâtiment avec des toilettes, et c'est tout. Après, ce sont les ruines du village. En fait jusqu'en 1950 y avait des gens qui vivaient là, complètement écartés de tout sur leur île, jusqu'à ce que le gouvernement les rapatrient, considérant que les conditions de vie sont beaucoup trop dures sur l'île. En effet, c'est vraiment sauvage... Mais il y a quand même plein de moutons partout, avec des énormes dreads dans la laine. J'me demande d'ailleurs comment ils sont arrivés là et qu'est ce qu'ils en font.
Il y a une plage (où paraît-il les phoques viennent se prélasser l'été, mais nous on a pas eu droit), et même deux tentes plantées sur une petite partie pas trop escarpée. Oh le rêve de camper là ! Après 17 heures, l'île pour soi... (le dernier ferry pour quitter l'île est à 16h30) Mais il faut beau temps !


Des gros moutons dreadeux

La plage où devrait y avoir des phoques

Les ruines du village


On se met à grimper, grimper, jusqu'à la moitié du sommet de l'île, qui ma foi est assez haute, d'où on a une vue incroyable sur toute la côte irlandaise, sous un soleil, mais alors... AAAHH. Joie.
On voit inishtooskert, une des blasket islands, et une superbe île qui ressemble aux îles Skellig (du coup je bave), qui s'appelle Tearagh island.
On rentre après une sacrée balade au milieu des moutons (et leur crottes ;D) un peu farouches mais toujours aussi mignons, et crapahutant dans les petits chemins autour de l'île.




Meeeeehhhhhh.

Retour en rochers-zodiac-ferry, et nous finissons notre petite « boucle » pour revenir à Dingle, via Ballyferriter, avec une vue magnifique sur les montagnes. On a vu une joueuse de cornemuse sur un plateau en face de la mer avec ses falaises, c'était fabuleux, je vous fais partager la vidéo d'ailleurs :




Nous rentrons au camping pour une nuit des plus froides (très bizarre vu le temps qu'on a eu), mais avec la joie de ces derniers jours magnifiques...

Demain, nous reprenons le ferry pour Cherbourg, déjà. Les deux semaines sont passées très vite, la nostalgie arrive déjà, sous ce ciel bleu, parfait...

1 commentaire :

  1. Une clôture de voyage vraiment magnifique
    bravo encore pour ce récit et les photos qui accompagnent

    RépondreSupprimer