30 octobre 2014


Lever vers 9 heures après une nuit de facile 10 heures. Aujourd’hui, on sait pas quoi faire. On a déjà pas mal écumé les bords du lac et on a envie de voir un peu plus de montagnes. Résultat, on part à la recherche d’une carte voisine de celle que j’ai, celle des Aravis et de la région Grand Bornand. Après un succès rencontré au Carrefour de Sévrier, nous voici en partance pour plusieurs dizaines de kilomètres vers les Alpes. Objectif : Les Aravis, sur le conseil d’une des dames qu’on a descendues en voiture du chalet de l’Aulp (enfin qu'on a descendue... on l'a pas tuée hein).

 Le Parmelan (après vérification, c'est pas un fromage mais bien une montagne)


Une heure après, nous voici au parking du haut des Confins, un peu après La Clusaz. De là, une incroyable sur les Aravis et une vallée hyper jolie où en bas y a une maison que j'aimerais bien avoir avec des bouviers suisses et des moutons et des border collie. Par exemple. Comme hier, soleil et températures clémentes… On a tellement de chance, j'aurais pas parié une telle clarté et une telle douceur aux derniers jours d'octobre !! C'est vraiment nickel comme ça, il fait juste bon comme il faut...



Après un pique nique sur ces hauteurs magnifiques, on entame un sentier qui longe les Aravis. Pas grand chose à raconter, les photos parlent mieux d'elles-mêmes... Tout ce que je peux dire, c'est que c'était incroyablement paisible et revigorant.

Le parking où on a mangé. Graou.



Après cette jolie excursion, nous descendons au lac des Confins, qui n'est ma foi pas très joli en lui-même. Plein de vase et relativement pollué de gens, on en fait tout de même le tour, parce que le cadre vaut le détour (je sais, je fais des rimes de fou).





Sur le retour, on voit tous les chalets qui accueillent les adeptes de neige et de ski en hiver. Ça doit être blindé en saison… Hésitons à aller au Grand Bornand mais ne savons pas où nous engager … j'aimerais bien continuer un peu à errer dans les environs, mais pas envie non plus de faire 30 km pour un arrêt photo... Du coup, on s'en retourne timidement vers Talloires et sa baie. Nous nous arrêtons finalement près du Roc de Chère, sur la rive est du lac, où on prend un goûter (OUI BON) en compagnie d'un cygne.



On a retrouvé le Grand Budapest Hotel.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire