26 octobre 2015


Oooooohhhhhh aujourd’hui ça fait 9 ans que Billy est arrivé dans la famille :)
Toujours aussi aboyeur, et toujours en forme le loulou !

Aujourd’hui, grand soleil ! On en profite pour monter dans les hauteurs : objectif 1, le grand ballon d’alsace ! Départ vers 10h30, petit arrêt courses à Super U en passant par Gérardmer et son joli lac, que j'arrive jamais à prendre en photo parce que y a plein d'arbres partout.

On prend un itinéraire un peu différent de la grande départementale déjà prise les autres jours pour longer le lac de longemer (qui longe même pas la mer hé), puis monter dans les hauteurs par la tourbière du Machais… Que de paysages magnifiés par le soleil automnal.


Jeveuxunebarque.


 J'aime bien les tourbières.


En montant vers le Grand ballon, des paysages typiquement vosgiens s’offrent à nous. Enfin, je sais pas si c’est typiquement vosgien, mais quand je vois des photos, et quand je pense aux Vosges, il me vient directement ce genre de paysages : moyennes montagnes, fine couche de brume… (tapez "vosges" dans google images vous verrez).


Les arbres dans les hauteurs sont déjà nus, au loin on distingue le lac de Kruth, les bords de la départementale sont épurés, on a vraiment une sensation de fraicheur, de grand espace, de liberté.




Tout à coup, alors qu’on se délectait de la vue, un cerf avec des immenses bois traverse le champ juste à notre gauche… Majestueux.
Arrivées au Grand Ballon, une petite montée nous amène sur un panorama incroyable, notamment sur les Alpes, encore... Les photos parlent d’elles-mêmes il me semble. C’est donc l’endroit (et l’heure !) idéal pour un pique nique.








Ben oui même le chien chien il a droit à son pique-nique hé !


Avant de partir, Billy rencontre son âme soeur, une bouvière suisse un peu enrobée mais adorable (comme tous les bouviers suisses…)

J'en veux un !!!!!


Ça c'est pas poli Billy.

On peut remarquer le joli harnais de Billy avec son nom dessus, ce qui fait que les gens se mettent à l’appeler quand ils le remarquent !

La route offre une palette de couleurs vraiment hallucinantes qui me font de plus en plus aimer la montagne en automne (plus qu’en été en fait).

Nous passons par le lac de Kruth qui semble bizarrement assez "vide" comparé à la carte, avant de rejoindre le col de Bramont par pleiiiin de petits serpentiiiiins (16 en fait).


En haut des petits serpentins, nous empruntons la petite route en direction du col de Blockloch pour rejoindre le GR531. Ma mère trouve que Thérèse avance pas très vite. La pauvre. J’essaye de la réconforter en lui disant que maman est fière d’elle et qu’elle a pas besoin d’aller plus vite, elle fait ce qu’elle peut, faut pas écouter. Pauvre Thérèse. 

Thérèse, seule.


Une jolie balade en forêt dans le massif du Ventron nous fait monter de 200 mètres pour rejoindre le sommet du Grand Ventron. Sur le chemin, pas un chat (ni de lynx, je suis déçue, alors que y a un panneau à l’entrée qui dit QU’Y A DES LYNX), un énorme tapis de feuilles, une clairière marécageuse… La forêt est d’un silence déroutant, y a vraiment pas un bruit, elle semble totalement vide de toute vie.






Puis, 2 kilomètres plus tard, nous arrivons au sommet. Ouaaaaaahhhhhhh. Encore une fois, un paysage bluffant, encore les Alpes à l'horizon, des herbes marrons, une fine couche nuageuse féérique, des couleurs chaudes pour des températures froides presque palpables, pas un humain à l’horizon, juste une vaste étendue d’herbes hautes et, au loin, des vallées, des vallons, et des ballons.


En face de nous, le grand ballon, où on était ce matin. Encore une fois, je sais que ça peut paraître un peu insistant, mais ça me fait un sacré effet de voir de loin un endroit où j’étais, ça apporte une conscience de l’espace que je trouve vraiment frissonnante. Et ce qui me fait le plus d’effet, c’est de revoir les Alpes, cette fois sous une lumière de fin d’après-midi, de voir tous ces pics enneigés… Ça me fait une boule dans le ventre quoi, c’est vraiment viscéral. Rah, ce que j’aimerais avoir des ailes et m’envoler tout droit vers ces montagnes là. Je pense que je me mettrai à l’alpinisme, le jour où je vivrai dans un chalet avec des moutons et un bouvier suisse. (QUOI MA BANLIEUE, QUOI MES 21 POINTS, ON PEUT PAS RÊVER UN PEU ???)

A l’orée de la forêt, j’entends des bruits de feuilles, comme un animal (UN LYNX ???? :) :) :)) qui se baladerait dans la forêt. Je n’arrive pas à le voir mais le chien lâchant un « WAHF », la bête s’enfuit sans que je n’arrive à l’identifier. Rah, mince. Bougre de petit chien !

Fiou, quelle jolie journée !

Nous repartons en passant par la Bresse, et le lac des Corbeaux, sympathique mais pas magnifique... Flemme d'en faire le tour, on repart presque aussi vite qu'on est arrivées.




Il est déjà 17h quand la nuit commence à tomber… Longeons le lac de Gérardmer de l’autre côté que ce matin par un crépuscule rose, quand tout à coup, en contournant le lac, je vois une grosse boule blanche que je pense être un lampadaire. Je regarde à nouveau et, oh bigre, c’est la lune !! O_O
Elle est pleine, elle est surtout énooooorme, je n’ai jamais vu ça, clairement. On se rend pas compte sur la photo, j’ai fait comme je pouvais pour qu’on la voit le mieux possible mais c’était impossible à rendre compte. Elle était vraiment incroyable cette lune… Si brillante, si grosse. Espérons que les loups garou ne viennent pas rôder autour de notre chalet cette nuit … !


En tout cas, une bonne nouvelle : j’ai pas trop mal au genou ! Même si la genouillère est pas super confortable, ça semble atténuer le truc.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire