22 avril 2016


Pour moi ce fut un départ de Caen la veille, le 21 avril. Arrivée en soirée, opération faire la valise, cette fois on peut emmener plein de trucs : c’est Thérèse qui nous emmène (ma voiture.) avec Paul pour pilote (mon gps.)

Vendredi 22 avril, Camille arrive vers 11h chez moi, nous chargeons Thérèse et c’est parti pour 700 km de route, avec pour compagnie en ce début de trajet Stromae et Michael Jackson !

Ce n'est pas un baptême de longue distance pour Thérèse, puisqu'elle est déjà allée dans les Vosges en octobre dernier, mais pour moi si ! Je n'ai jamais conduit plus de 3 ou 4 heures d'affilée et j'avoue que l'idée de conduire 8 heures ne me réjouit pas des masses. Mais bon ! Quand y faut, y faut.


Allez Nini, courage.


Après un léger ralentissement en arrivant sur l'A6, on se retrouve presque seules sur cette autoroute et sous un temps maussade mais pas pluvieux. Pépouz.



13h30, arrêt à l'aire de Venoy dans une cafétéria bon marché pour un bon repas.

Reprise de la route, Camille digère avec une bonne sieste de deux heures. Pour une fois, je peux pas la prendre en photo quand elle dort, héhé. Dommage, c’était tellement glamour. <3

Nouvelle petite pause à 16h30, ça commence à être long. Allez Théthé, allez Nini, dernière ligne droite. Les trois dernières heures passent beaucoup plus vite, on sort de l'A6 (j'en pouvais plus) et on joue à « devine à quoi je pense » : on pense à quelque chose (n'importe quoi, même un concept abstrait), l'autre pose des questions et on ne doit répondre que par oui ou non (essayez avec la cendre ou l'ombre, c'est pas facile à deviner !)
Ça dynamise un peu le trajet et surtout on sent qu'on se rapproche, en arrivant aux environs de Grenoble, ayéééé on voit des montagnes !!!! On est contentes.



Partout après Grenoble il y a  des panneaux « PAS ACCÈS BRIANCON PAR LA D1091, DÉTOUR PAR GAP », et les panneaux de la D1091 sont scotchés : un éboulement en avril 2015 a fermé le tunnel du Chambon, rendant la liaison Briançon / Grenoble infaisable. Donc les automobilistes sont invités à faire un détour par Gap ou par le tunnel de Fréjus (un tout petit détour de deux heures, en fait.) Mais Nini organisée, Nini fouillé sur internet, et Nini sait qu’y a une petite route de secours depuis quelques mois qui contourne le tunnel de l'autre côté du barrage. Héhéhé.

Petit arrêt à intermarché pour nourrir Thérèse.

Oui, moi aussi comme tout le monde, j'essaye de faire un nombre rond.


Nous continuons donc la route jusqu'au barrage où nous nous arrêtons 2 minutes. On invente une danse de la joie, mais elle est toute pourrie. Je suis euphorique, toute contente d'être dans les montagnes et presque arrivée !!

Le lac artificiel du barrage, avec au loin, la route de secours qui le longe.


Empruntons la route de secours où nous croisons en tout 3 pélerins.



Plus on s'est avancées dans les montagnes, plus le temps s'est gâté depuis Grenoble, et il commence à faire vraiment un temps de chiotte quand nous rejoignons la route principale vers le col du Lautaret.



J’adore la montagne à toute saison. L’été, ensoleillé (OU PAS QUAND ON VA DANS LE BEAUFORTAIN EN AOUT 2015) où les randonnées en altitude offre des monts à perte de vue, l’automne et son été indien, les arbres aux milles couleurs qui commencent à se dénuder. L’hiver et son manteau blanc magnifique et sauvage, que je n’ai hélas pas encore expérimenté (mais j'y compte bien). Et puis le printemps, saison intéressante, les arbres encore nus et aux versants clairsemés, encore un peu enneigés. Je découvre la montagne sous un autre jour, toujours aussi belle, aux sommets blancs et des plaines vertes à ses pieds.



19h30, après 8 heures de travail, Thérèse peut enfin se reposer. Nous voilà à l'appartement familial de Camille, spacieux, bien placé, juste à l'entrée de Monêtier.





Camille fait des bubulles (je lui ai amené un jouet pour quand je travaille :D) pendant que je range les derniers trucs dans les placards.
Ouh la mauvaise langue de Nini, en vrai Camille avait déjà tout rangé avant de commencer à faire des bubulles.

 Oh la grosse bubulle !

La cuisinière en chef, c'est Nini ! J’ai préparé un joli menu et ce soir, ça sera tortillas chips au guacamole avec une citronnade en apéritif, puis tortillas gratinées à la mimolette parsemées de crudités ! Camille me sort sa phrase du jour : "Les poivrons, c'est vraiment bon !" (Camille, en mangeant des poivrons.)




Ensuite c'est l'activité essayage des affaires de ski. Evidemment, Camille a une combi perso ultra sophistiquée, moi c’est un peu plus approximatif... Je vous laisse un mini suspens pour avoir le résultat final à la page suivante.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire