24 avril 2016


Ski : jour 2

Dernier jour de ski pour la station de Serre Chevalier, et pour nous aussi !
Un peu plus motivée que la veille, je me lève vers 8 heures. Ouh la vache, mes genoux… Surtout celui qui n’a pas de genouillère, ça fait bien mal. Ouuuuhh le poignet… Oh, mes cuisses. Aïe mes tibiaaaaas. Mes doiiiigts. Mon doooooos. Mes épauuuules. Je découvre des muscles de mon corps par le biais de la douleur.

Cela dit, le temps est plutôt réconfortant.

La vue du balcon de l'appartement.

La vue quand on sort de l'appartement.

10h, nous voilà en partance pour Chantemerle, cette fois-ci. Beaucoup plus de monde sur les pistes en ce dimanche ensoleillé. Télécabine du Ratier, arrivée à 1900m, nous dirigeons vers le télésiège des combes. Pour atteindre la piste verte du grand serre, il faut d’abord descendre par la bleue, la piste des combes. C’est donc non sans difficulté que je me remets au boulot. Je m’en sors beaucoup mieux que la veille, je commence à comprendre les gestes et appuis que je dois prendre pour tourner. On enchaine ensuite deux fois la piste grand serre en prenant le téléski du replat, et même que je crois pas être tombée beaucoup plus d’une fois !! En plus, on a un super soleil, c’est cool !

Camille qui regarde quelle piste rouge elle va bien pouvoir faire... !

Bon, c’est pas encore les sensations fortes, vu ma vitesse, mais je commence à apprécier de pouvoir skier sans avoir trop peur de tomber. Vers midi et demie, nous descendons la piste du vallon (bleue) pour rejoindre le télécabine du Ratier. Et bah franchement, ça a été ma meilleure je crois ! J’ai du tomber deux fois à tout casser, j’arrive à suivre Camille dans de petits virages sans tomber. J’y mets toute mon énergie, et ça fonctionne bien, je suis vraiment contente !



Arrivée au serre ratier, nous nous installons à une table pour manger nos salades, bien qu’il faille quand même acheter un petit truc histoire de pas se faire dégager. Un petit truc = un fanta et une petite barquette de frites… = 11€.

Après un repas au soleil, pendant que Camille monte au Grand Serre pour se faire une piste rouge, je décide de descendre à la voiture chercher les piles pour l’appareil photo parce que quand même, ce matin j’ai descendu deux fois une piste bleue sans trop tomber, alors je veux garder trace de mes exploits (si, exploits.)

C'est pas une piste pour Nini ça.

Nini est bien mieux assise dans la cabine.

En plus on a une jolie vue sur Villeneuve !

14h30, on enchaine en se refaisant le même circuit que le matin : montée au télésiège, descente de la piste des combes, téléski puis piste verte pour revenir au Serre Ratier via Le Vallon.
Par contre, la fatigue se fait sentir… La facilité et l’espèce de prise d’aise que je semblais avoir acquise en fin de matinée, je n’arrive pas à la retrouver. En haut des Combes, la neige s’est transformée en des tas de glaçons, c’est pas super agréable pour débuter. Je tombe 2 fois dès le début de la piste et un type vient m’aider. Il en profite pour m’accompagner pendant toute la descente, sauf qu’il me donne des conseils que je comprends pas toujours (beaucoup trop d’infos sur des choses dont je suis même pas consciente, ou alors des trucs un peu compliqués, du style « fait un petit saut pour tourner »). Mais il est gentil, il m’aide à me relever et essaye de me dire quoi faire mais j’ai du mal. Je suis un peu crevée, je galère et j’arrête pas de tomber. Je rejoins finalement Camille, et on se refait la piste verte… avec le monsieur, qui continue à me donner des conseils !
La piste verte se passe pas trop mal même si je tombe 2 fois (alors que je l’avais faite deux fois sans tomber le matin même), c’est un peu démoralisant. Au téléski, le type se barre car il doit rentrer à Villeneuve tandis qu’avec Camille on reprend la piste du Vallon pour rentrer à Serre Ratier.




Le début se passe pas trop mal, je suis Camille comme je peux, mais diable ce que j’ai mal au genou, à chaque virage à gauche je me dis « ALLEZ, TIENS. MENTAL. » Parfois je tiens, parfois j’en ai juste marre et je tombe. La fin de la piste est éprouvante, j’ai les larmes aux yeux, je suis fatiguée physiquement, déçue de pas y arriver aussi bien que le matin même : la fatigue entraine davantage de chutes, et les chutes entrainent la baisse de moral, la baisse de moral entraine davantage de chutes, les chutes entrainent davantage de fatigue……. autant dire que c'est un cercle clairement vicieux. Je suis vraiment à bout.

Arrivée au télécabine, je suis pas mécontente d'en avoir fini, cette fois j'ai les larmes aux yeux mais de joie. Je fais un énorme câlin à Camille, qui m’a quand même attendue, encouragée, appris et aidée comme elle pouvait. Mine de rien, je suis contente de ces deux jours. Ça a pas été l’apprentissage le plus doux, c’était éprouvant, mais je suis contente d’avoir été au bout et pas m’être découragée (non sans râler, bien évidemment !!!)

Si je devais faire un petit bilan, ce deuxième jour a été plus agréable, bien que toujours aussi crevant. Je ne peux pas encore dire si j'aime beaucoup le ski vu que j'ai passé plus de temps à tomber qu'à profiter du sport en lui même, mais je pense que j’y retournerai, pour m’améliorer, histoire de prendre goût et profiter un peu plus. Cela dit, ça ne sera pas sans appréhension.

Nous terminons la soirée devant Alien, film que plusieurs personnes (dont Camille) me maudissent de ne pas avoir vu depuis des années, donc, c’est chose faite. Et ma foi, c’est carrément pas mal, dis donc !!


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire