17 juillet 2017


True Sorry

Mbof, je sais pas s'il y a vraiment un sens caché à ce titre, même on est toujours désolé de quelque chose. Mais c'est surtout parce que c'est une des plus belles musique d'Ibrahim Maalouf :D (oui je sais, je me répète) et qu'elle mérite d'être partagée...



Ouah, meilleure nuit de la semaine ! J'ai dormi de 22h à 6h non stop, réveillée par mon réveil. Et même pas eu froid, héhé.
Je remballe toutes mes affaires et pars vers 7h30 pour rejoindre Saint Michel de Maurienne. 



La porte secrète du camping...


Normalement j'ai un timing LARGE pour arriver à la gare avant 14 heures, et même pour manger un truc avant ! J'évolue dans un sentier de forêt calme, paisible, avec le bruit de la rivière. Il fait frais, je suis contente et en forme... A part mon tendon au talon droit... En descente ça va, mais en montée ça tire sévèrement. Heureusement que c'est le dernier jour et que j'ai plus beaucoup de montée et principalement de la descente...



Le GR est un peu dur à trouver, surtout quand il passe dans les hameaux, heureusement que je sais lire une carte. Je suis encore une fois toute seule, et en arrivant aux hameaux des Granges, à part des moutons qui me regardent en bêlant, je croise aussi un vieux qui m'arrête en me demandant d'où je viens et où je vais. C'est un ancien guide de montagne qui monopolise la parole avec des "moi je". Je réponds "oui oui" ou "ok d'accord" mais au fond de moi j'ai envie de lui dire : "HÉ. J'ai deux choses à te dire : 1. on ne coupe pas la parole aux gens en commençant par "BEN MOI J'AI", et 2. on regarde pas les gens de haut en bas quand on leur parle."

Tout au long de la montée jusqu'à la chapelle, je jette des regards sur les montagnes que je m'apprête à quitter.




Au fond de la vallée, Valloire.


En plus, j'ai accès à la faune locale.



Une limace léopard ! :-)


La montée commence à vraiment tirer sur mon tendon, je douille. Heureusement, j'arrive à la fin de la montée de la journée, à Notre-Dame de de la Vie.




Y a une table d'orientation et deux mecs un peu beaufs qui finissent enfin par se barrer. La vue est jolie, on voit jusqu'à la barre des écrins, comme d'hab ! :-)






Fiou, je me pose dix minutes le temps de faire une pause snicker et ibuprofène... Super goutey !!
Bon. Les 3 kilomètres de montée sont terminés, me reste maintenant 8 km jusqu'à Saint Michel de Maurienne, si je passe par les Combes. Du coup en regardant les panneaux et la carte, je décide de prendre le raccourci via le hameau de la Serraz et du Sapey (comme jamey)



Allez zou, ça devrait descendre sévèrement mais ça va être plus rapide. Le sentier est assez idéal pour de la descente parce que c'est un sentier de forêt donc qui accroche bien sous les chaussures, on peut poser son pied sans avoir l'impression de se casser la figure à chaque pas et sans crisper les muscles et articulations tout du long.



Malgré tout, même en descente, le tendon me fait un peu mal et je prends vraiment mon temps parce que j'ai beaucoup d'avance. En tout cas, le travail de l'ostéo et mes genouillères toutes neuves font que j'ai quasiment pas mal aux genoux, c'est génial !! Merci M. Bel !
Et puis l'avantage de l'autonomie c'est que mon sac est hyper léger aujourd'hui !!! Ça change quand même pas mal le plaisir qu'on prend, on souffre moins à 10 kg qu'à 15. Même 12, ça change beaucoup... Enfin, y a aussi l'habitude que le corps prend de jour en jour.

Fiou, le sentier descend vraiment bien et j'commence à en avoir marre.
Quand j'arrive à la route, la pente devient beaucoup plus douce et ça fait un bien fou. Par contre, ça pue le pot d'échappement... :-(




Plus que quelques kilomètres avant mon arrivée à la gare, je vois la ville s'approcher de plus en plus.






"AH BON ! Ça alors. On avait pas vu."


Il est 11h30 quand j'arrive à Saint Michel de Maurienne : wouhouuuuu ! Il fait chaud ici ! Et voilà, mon périple est cette fois bien terminé, je dois être à environ 65 km...




 L'Arc (c'est le nom de la rivière)


Je fonce à la pharmacie à côté de la gare pour m'acheter du DERMOPHIL HYDRATANT avant de définitivement perdre mes lèvres (même si ça va mieux depuis hier que je suis plus en altitude, quand même) puis je m'installe à la terrasse d'une brasserie pour manger dignement.



Au milieu de mon repas, je commence à me sentir mal, je sais pas pourquoi... J'ai faim mais pourtant j'ai du mal à finir mon plat. J'ai la tête qui tourne, je me sens faible, j'ai la nausée en plus de ça. Je crois que mon corps s'est donné le feu vert pour relâcher toute la tension et les efforts des 5 derniers jours et le contre coup est un peu dur.

Avant de partir pour la gare, je passe au carrefour acheter des piles et voici ce que je trouve sur le parking ! O_O

Ça c'est vraiment une grosse moto !


Je vais à la gare pour prendre mon train à 14 heures. Dans la salle d'attente, je me mets à m'interroger sur ce pictogramme qui apparaît certainement dans toutes les gares mais que j'ai jamais vraiment regardé :



Le 2e en partant de la gauche. C'est priorité aux gens masqués ? Aux couples noir / blanc ? Comprends pas. Le pire c'est que j'ai déjà eu la réponse mais j'ai oublié. ... Vous pouvez m'aider ?

Hop, 14h15, je suis dans le train et 5 minutes plus tard, à Saint Jean de Maurienne, une colonie de vacances débarque dans le wagon. Ouf, j'ai réussi à garder mon siège à côté de moi libre. 






Le train a seulement deux wagons. J'aime bien le train. Plus confortable que le bus, rapide, écolo... Si je pouvais prendre que le train... !
Étonnamment, j'ai mal nulle part à part au talon et sans cette douleur, je crois que je pourrais enchaîner :D

Pendant ma correspondance à Chambéry, je me pose sur le quai pour faire charger mon téléphone au soleil... Enfin... pas moi hein, juste le chargeur !


16h30 : j'arrive à Bellegarde-sur-Valserine... ville où Jenna et Claire, qui sont parties de Toulouse et actuellement dans les bouchons lyonnais, sont censées venir me chercher pour rejoindre Lelex, dans le Jura, à 40 min d'ici.

La suite de ce carnet va s'enchaîner directement avec le carnet du Jura, dont je vous laisse entamer la lecture...





Un petit bilan tout de même de ma semaine solo en autonomie :
- Malgré le week end prolongé du 14 juillet, j'ai souvent été seule et c'est un énorme bonus pour vivre pleinement cette immersion.
- Pour un test pré-Laponie, je tire quelques conclusions sur le matériel à avoir... notamment au niveau de mes vêtements anti-froid pour la nuit.
- La tente est super, je suis contente de mon achat, elle isole très bien du vent, par contre je n'ai pas pu tester son étanchéité en temps de pluie... Cela sera sûrement fait en Laponie... !
- En parlant de météo, j'ai eu beaucoup de chance : une météo idéale, pas de canicule, du vent glacial certes, mais un soleil parfait, une clarté parfaite qui m'a permis de voir tous les paysages et des montagnes à perte de vue.
- Je remercie chaleureusement mon ostéo qui, quelques jours avant de partir, a débloqué mon ligament, coincé dans mon péroné, et m'a libéré de cette douleur née au Beaufortain il y a deux ans.
- Dormir sur le côté est le plus confortable pour le froid mais qu'est-ce que ça fait mal aux hanches...
- Je compte réitérer l'expérience au moins une fois par an, allant d'un week end à une semaine.
- Bivouaquer en pleine nature est quelque chose des plus merveilleux que j'ai pu vivre, j'en garde un souvenir très chaleureux et apaisant.
- Comme je l'ai déjà expliqué, cette semaine m'a apporté une paix intérieure que j'ai rarement réussi à atteindre, et, même si je sais que ce sera difficile voire impossible, je ferai tout pour essayer de la retrouver dans ma vie de tous les jours, en gardant à l'esprit ce que j'ai vécu et ressenti dans ces moments là.
- J'ai pris une MÉGA REVANCHE sur mon premier séjour solo dans le beaufortain qui avait été assez frustrant niveau météo (et douleur), et je suis grave contente, j'ai l'impression d'avoir enfin fini ce que j'avais commencé en 2015.
- Les oiseaux ne perdent pas leur plume en montagne : j'en ai pas trouvé une seule à ramener à mon chat.
- La montagne, ça vous gagne.



Mon compagnon a grand besoin de renfort.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire