19 juillet 2017


Réveil vers 10 heures. Petit dej costaud.

Je tiens à montrer que Claire a préparé la table pour le petit déj hier soir en vidant le lave-vaisselle. Claire c'est la préposée au lave-vaisselle, elle s'en occupe tous les soirs :D - et Jenna est la préposée à la bouffe, elle fait toujours les repas. Et moi ? Baaaaah... PRÉPOSÉE AU SOLITAIRE !! :-)




Le programme du jour c'est de prendre le télécabine de Lélex et monter au crêt de la neige.
Avec Claire, on va acheter du pain et on regarde un peu les chaussures de rando au Sport 2000 pour Jenna, qui ressort pour aller en acheter vers midi. Elle opte pour un genre de "baskets renforcées" Salomon. Pendant ce temps, je fais les sandwichs avec du boursin et le reste des légumes de la veille. Je jette un oeil dehors : le temps se couvre, et le télécabine s'est arrêté. Mh. Je regarde l'heure : 13h00. Il s'arrête de 13h à 14h15. Jenna et Claire reviennent du magasin de sport, il est 13h05. Chiotte ! On a plus qu'à attendre une heure !


 Du coup, Claire imite le chat qui fait le gros dos.


Bon, pas grave, je fais des petits coussins anti-ampoules aux pieds de Jenna  et on flâne jusqu'à 14 heures avant d'aller prendre le télécabine. En rentrant dans l'oeuf, le mec nous dit "euh vous allez jusqu'au crêt de la neige ? Faites attention aux orages, il pleut déjà là-haut!" AH BEN MERDE, c'est ballot ça.


 Ça monte.


Beaucoup trop.

Claire nous fait remarquer une chose intelligente : "dans toutes les cabines qu'on croise, y a des gens qui descendent"... pas bon signe. Arrivées en haut, effectivement il flotte... C'est l'heure de sortir les caaaapes !




Bon, on regarde un peu le chemin qu'on va faire, je crois qu'on ira pas jusqu'au crêt de la neige, on va se contenter de suivre le petit chemin jusqu'au col du Crozet, je pense que ça sera déjà pas mal. Du coup on se réfugie sous le petit toit du télécabine pour manger nos sandwichs en espérant que le temps se calme. Point positif : ils sont super bons ces sandwichs aux légumes !




Ambiaaaannnnnce.

Et effectivement un petit quart d'heure plus tard, l'averse se calme et il pleuvouille un peu seulement, on peut y aller. Bientôt d'ailleurs il ne pleut plus, et on peut retirer nos imper.




On arrive très vite au col du Crozet, on y voit presque aussi bien qu'hier malgré le mauvais temps ! Je regarde un peu la carte pour voir où on peut aller ensuite sans faire un trop grand tour (et trop de dénivelé, on va épargner Jenna et mon talon).








On décide de continuer à monter pour faire le tout de la petite colline en contrebas du Monthoisey (ça n'a aucun sens dit comme ça, je sais, mais en gros on longe une petite bosse puis on la monte, quoi). On est seules et on emprunte des pistes de ski un peu au hasard.










La montée est un peu raide, Jenna court pour pas tomber (je comprends pas ?) et se surpasse littéralement pour ne pas paniquer ! Franchement elle m'épate. Elle arrive en haut sans trop de problème. D'ailleurs, ça vaut le coup ! La vue à 360° sur le Jura et le lac Léman est super d'ici.


 Vue depuis Nini


Vue depuis Claro

Pour voir le panorama en grand, cliquez sur l'image


C'était dur quand même.


Le ciel s'assombrit et il est temps de redescendre vers le télécabine vu qu'il est déjà 16h30 et que la dernière descente est à 17h30. Bon, ça va, on est pas parties bien loin...
Sur le sentier, Claire trouve une barre énergétique...





Que Jenna goûte...


On dirait pas mais en fait elle a dit "c'est mangeable"

On discute de choses et d'autres tout en redescendant et arrivons au télécabine à 17 heures. On se pose sur la terrasse vide d'un café fermé (top moumoute) et reprenons le télécabine.

 Lélex, vu d'en haut


Jenna est super contente de ses chaussures en tout cas, pas de mal de pieds aujourd'hui !!! Top !



FIN !

Une fois en bas, on profite qu'il soit relativement tôt pour acheter souvenirs et cartes postales et on se pose à la terrasse du resto où on s'est fait jetées hier pour prendre une glace (pour Jenna), un chocolat chaud (pour Claro) et une diabolo fraise (pour Nini).
Note : Claro c'est Claire en occitan, parce que oui, Claire et moi, on parle occitan.




J'ai envie de vomir (pour changer) malgré la consolation d'un gros bouvier bernois qui passe à côté de nous (j'enveuxun.)

On passe devant le sport 2000 pour dire à la dame du magasin que les chaussures sont tops (apparemment elle aussi, elle était top !) et faisons quelques courses pour ce soir et demain midi.

19h, rituel du soir : douche, photos sur ordi, solitaires (si, si...), écriture du carnet pour moi, #onepicaday pour Claire et Jenna, manger (des gnocchis au pesto).

Ce soir, se rajoutent deux activités : écriture des cartes postales (magnifiques...) et Jenna nous fait un beau dessin.


J'aime beaucoup, ils écrivent "images de qualité" et c'est toujours des photos dégueulasses, floues ou détourées à l'arrache.


Apparemment c'est une entrée de cimetière. Joie.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire