7 août 2015

Grand soleil sur toute la pointe de la Hague aujourd’hui ! Départ pour le cap de la Hague en milieu de matinée. Sur la route, je manque d’écraser un petit chat que je trouve bien sale… Hop, ni une ni deux, Nini commando sauvetage de Petit chat, et me voilà sur le bord de la route à attirer le petit félin avec de l’eau et quelques caresses. Deux minutes plus tard, il décide de me suivre le long de la grande route et, profitant de sa confiance aveugle, je le prends dans mes bras pour l’emmener dans une clinique vétérinaire que j’ai vu un peu avant. Il reste globalement calme mais s’agite de temps en temps pour descendre de mes bras (en plantant ses griffes dans ma peau au passage). Je le maintiens tant bien que mal, en me disant que s’il se barre maintenant il risque de
1. se prendre une voiture dans la seconde
2. ne plus jamais m’approcher
Heureusement, j’arrive dans la clinique où l’auxiliaire vétérinaire le prend avec elle : il n’est ni pucé ni tatoué, très sale et extrêmement maigre. Il va donc passer 8 jours en fourrière en attendant d'être réclamé par un propriétaire, et si non, en général la fourrière renvoie le chat chez le véto qui le place en refuge. J’espère qu’il aura un avenir heureux le petit pépère… Punaise, si j’avais pas déjà récupéré un chaton y a un an, je l’aurais adopté direct !! Oui parce que mon chat, Xéna (Xénouille pour les intimes), vient des poubelles de mon université (elle a l’haleine qui va avec, d’ailleurs).

Le t-shirt et la peau troués, je me remets au volant et nous poursuivons notre route vers le phare Goury, le cap de la Hague. Encore une fois, je vais me promener sur les rochers.


Après quelques photos, on fuit assez vite la populace (encore une fois, tout est relatif, on est au cap de la Hague, pas au cap d’Agde, ha, ha.) pour aller pique niquer sur une table en hauteur qui nous offre une jolie vue sur la côte qui nous attend après le repas.

Midi et demie, on entame un sentier de 8 km en boucle, qui pour sa moitié longe la côte verte et vallonnée. C’est un sentier que j’ai fait il y a plus de 6 ans et bien qu’ayant assez peu de souvenirs autres que ceux rappelés par les photos que j’y avais prises, certains endroits précis me rappellent des moments vécus, c’est assez bizarre. J’ai rarement l’occasion de revenir à un endroit où je suis allée il y a longtemps. Plus que des souvenirs, ce sont des réminiscences. La différence, c’est que c’est pas moi qui vais chercher le passé dans ma tête, c’est le passé qui débarque dans le présent. Y a un truc un peu physique, presque palpable, d’un truc qu’on a vécu et qui semble encore là.
En tous cas, ce fut un plaisir de refaire cette randonnée dont j’avais oublié beaucoup de choses, et je me surprends à prendre les mêmes photos que j’avais prises à l’époque… Enfin sauf qu’à l’époque le sentier était désert parce que c’était le 1er avril. Il faisait aussi beau, mais pas aussi chaud, et là je commence à sentir que je crame bien. Et que, pour changer, j’ai pas pris de crème solaire. Franchement je sais pas ce que j’ai avec ça, je sais pas, c’est absolument pas un réflex de mettre ni d’avoir de la crème solaire, pourtant ça fait 3 ans de suite que je crame jusqu’à me taper un oedème il y a deux ans à Névache, et bah à chaque fois que je repars, je me dis « ah ouais, ça serait bien de prendre de la crème solaire… » et puis j’oublie, et puis je C-R-A-M-E.



 Mais sinon, c’était joli.





Et le petit chien était tellement crevés qu’il s’est allongé dans un ruisseau et il s’est laissé verser de l’eau froide sur le corps pendant une bonne dizaine de minutes sans bouger !



Vers la moitié du sentier, on revient dans les terres pour faire une boucle, et nous nous arrêtons à la crêperie où je me souviens m’être arrêtée il y a 6 ans. C’est une crêpe avec glace qui va nous requinquer pour les 3 petits kilomètres restants !


Cela dit, la vache, je me sens pas bien. J’ai chaud aux coups de soleil, et j’ai froid à cause de la transpiration. Sur le chemin du retour, on s’arrête à la pharmacie où j’achète de la biafine et de la crème solaire (ahah…) et je me tartine le dos et le cou d’une épaisse couche de biafine, ce que ça fait du bien !!!

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire