22 août 2013


Aujourd'hui c'est la journée la plus chaude, c'est donc celle où on va faire le plus de trucs, logique... Mais on n'aura jamais eu trop chaud malgré tout, car nos haltes s'annoncent en altitude. Nous commençons la journée par la cascade du Ray Pic, site ardéchois incontournable... Oui elle est jolie, oui l'aménagement est pas mal, mais quel dommage de ne pas pouvoir aller au pied... Le site a été fermé pendant quelques années suite à un accident mortel (éboulement de cailloux je crois). Il n'a été réouvert qu'en 2012, après un aménagement de sentiers et d'escaliers qui nous donnent deux superbes points de vue sur la cascade, mais du coup assez limités. Elle s'écoule de trente mètre sur une coulée de lave séchée.


Après la cascade, nous nous arrêtons pique-niquer à Lachamp-Raphaël, sur une aire pour camping-car abandonnée. Si si ça existe. Après quoi, nous faisons une halte au Mont Gerbier de Jonc, un gros tas de cailloux (ou un énorme caillou, je sais pas trop) qui s'élève à 1551m. Non nous ne le montrons pas, même si ça me fait envie et que y a pas mal de gens qui s'aventurent là-haut, mais j'ai une idée encore plus cool en tête (enfin j'espère qu'elle est plus cool...). A la place on fait une petite boucle de 3 kilomètres qui passe par la source de la Loire. Un tout petit ruisseau qui grandit grandit grandit et alimente de grandes villes. C'est beau. (Après quelques recherches, la Loire sert plutôt à refroidir des centrales électriques. C'est moins romantique.)

Le mont Gerbier de Jonc

La source de la Loire. Enfin, l'écriteau qui l'indique.

Après quoi on achète du fromage de chèvres (ça c'est le commentaire dont tout le monde se fiche mais qui me permet de dire qu'on a pensé à la famille, qu'on a acheté des trucs locaux, et tout... ben oui quand même).
Ceci étant fait, nous poussons encore de quelques kilomètres jusqu'au Mont Mézenc, que cette fois
nous montons ! Nous grimpons donc les 1753 mètres (si si, vous croyez quoi ?) jusqu'au point
culminant du Mont Mézenc, qui est divisé en deux « sous-monts », si on peut dire. Arrivés à un
certain point, le sentier se divise en deux, et on peut monter à gauche ou à droite. Il a en fait deux sommets... Mais nous prenons quand même le sentier qui mène au vrai sommet, le plus haut... de quatre mètres oui, et alors ?


Vue du sommet à 1753m, avec l'autre "sommet" en face à 1749m (et toc)



Après trois quart d'heure de montée, la descente se fait beaucoup plus rapide. Nous voilà en bas en vingt minutes, prêt à regagner le gîte après cette belle journée bien dense et finalement assez fraîche! En effet l'altitude fait étonnamment baisser les températures. Et vous vous dîtes « elle est bête ou quoi ? C'est pas tellement étonnant hein. »
Oui je sais, mais je pensais pas que ça baisserait autant, c'est tout, roh.
A 1300m il faisait facilement 10°C de moins qu'à Vals-les-bains, qui est à 200m. Ce qui fait que notre journée la plus chaude, on l'a passée à 18 / 20°C, ce qui ne fut pas désagréable !

De retour à 19 heures, petit tour à l'Office de tourisme pour voir ce qu'on pourra bien faire demain.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire