24 septembre 2008

Ce matin nous nous réveillons tôt : un taxi doit nous attendre à 8 heures pour nous emmener à l'aéroport, prendre le vol de 9h55. On descend. 8h. 8h10. 8h15. 8h30. L'assurance au téléphone nous dit que le taxi devrait arriver dans maximum 10 minutes, sinon nous devons en appeler un nous même. Ce que nous faisons. Il nous demande l'aéroport : il y en a cinq. On ne sait pas. On rappelle l'assurance qui nous dit qu'il n'y a qu'un seul aéroport... Non, y en a cinq. Messe, Tegel, Schöneberg ... 8h40. 8h45. Le taxi part avec quelqu'un d'autre. Nouveau coup de fil. C'est l'aéroport Tegel, l'assurance nous a renvoyé un taxi, il devrait arriver. 9h00. Toujours pas de taxi, le stress qui monte. On en rappelle un de nous mêmes qui nous amène enfin à l'aéroport. Arrivée 9h35, l'enregistrement est terminé depuis 10 minutes. On court, on comprend rien, on demande partout notre chemin « porte 15 mais dépêchez vous, c'est terminé ! » Nous y voilà, on se fait un peu brusquer, mais ils prennent quand même nos bagages. « Ah c'est vous le rapatriement. » On embarque finalement dans notre premier avion, que nous avons fait retarder de quelques minutes !
On est dedans. J'ai rien compris, mais on est dedans. Paré au décollage direction Charles de Gaulle. Au revoir, pays des éoliennes, au revoir Berlin, peut-être à une prochaine fois, de jour ! Nous voilà au dessus des nuages, on se sent tout seul, c'est joli.
Arrivée à Paris moins de deux heures après, le taxi nous emmène à Saint Lazare, nous prenons nos billets, mangeons un morceau, et à 14 heures, nous voilà enfin dans le train de dernière ligne droite : à Caen un taxi nous emmène jusqu'à la cambrousse où nous vivons, le pauvre... « Va falloir lui indiquer » qu'on pense. Mais il s'avère qu'il connait bien la région. Il nous parle de son voyage au Maroc, où il lui est arrivé la même chose, panne de voiture, etc.
Vers 17 heures, nous sommes enfin arrivés chez nous. Le voyage de retour a été vraiment périlleux, et chargés comme on l'était, c'était dur. Nous retrouvons nos octodons respectifs, sains et saufs.
Etranges sensations et sentiments pour un étrange morceau de vie de quelques jours, bien plus riche en expériences que les 6500 précédents de ma vie. Une expérience qui m'aura donné envie de réitérer la chose, de voir les bons et les mauvais côtés - même s'il y en a peu, qui m'aura montré que c'est pas toujours facile d'être loin de ses repères quand il arrive une galère. Mais c'est aussi ce qui aura fait la fin de ce voyage, une fin d'autant plus inoubliable qu'elle est notre première fin de voyage.


Bilan, on ne sait pas précisément combien de kilomètres on a fait, puisque le compteur ne marchait plus, mais aux alentours de 2500 kilomètres en Mégane, 1000 en avion, 250 en train, et disons une centaine en taxi. Ce qui fait environ 3850 km pour 700 euros à deux (sans compter la voiture perdue) pour 13 jours, 12 nuits dont 11 en camping.

2 commentaires :

  1. merci du partage. Beau voyage ! dommage d'avoir manqué le Vieux Prague et le pont Charles, très touristiques.
    une amie de kate tomato ketchup...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et merci !
    Je ne sais pas si vous vous êtes trompée en revanche mais je ne vois pas qui vous êtes... !

    RépondreSupprimer