27 avril 2015


Aaaaahhhhhhhh, pauvre Camille ! Elle a été brûlée au deuxième degré sur le nez et les joues, la voici toute cloquée et suintant du nez !! (Non vous n'aurez pas de photo, ça se fait pas.) La pauvre petite a vraiment très mal au nez. En ce qui me concerne, j'ai bien cramé à la nuque, aux oreilles et au front, mais pas d'oedème en vue : wouhou ! Joie !

Notre hôte nous sert le petit déjeuner sur la terrasse, au soleil, c'est vraiment trop bien. Ils sont super sympas et le repas est très copieux. Après quoi, sans avoir vu l'heure passer, on court un peu pour choper le train de 9h33 à destination de Roccapalumba. Aujourd'hui, on retourne à Palerme en train, où on passera l'après-midi et la nuit. Plutôt que de repasser par la côte, on découvre une nouvelle facette de la Sicile, son centre. Après quatre heures de train vers Roccapalumba, un changement de quelques minutes nous amène dans un train vers Palerme. La campagne verdoyante et vallonnée semble toujours autant en bazar, en friche, la ligne de train minuscule témoigne d'un côté assez sauvage et de villages isolés. D'ailleurs, ça va de pair avec la petitesse de … notre train, qui ne comporte qu'un seul wagon !!



Nous profitons agréablement de notre fin d'après-midi à Palerme par des achats de trucs gastronomiques et petits souvenirs. Après un petit apéro au limoncello (très bon, mais très fort) dans notre chambre, nous repartons en direction du centre-ville où le Routard conseille une pizzéria bien cool dans un coin calme de la vieille ville. Sur le chemin, Camille apprend le dernier couplet de la Tribu de Dana et on se le chante à tue-tête, entrecoupé de la chanson de Tété dans Hero Corp, apprise par cœur par la même occasion (magnifique, mais attention au spoil pour ceux qui connaissent).

Les pizzas sont délicieuses et fort bien accompagnées d'un vin sicilien très doux. Nous terminons ce beau séjour en beauté, riant de bon cœur et sans se lamenter de notre retour proche : on est encore là, on profite, on s'amuse, on est heureuses d'être là, donc on ne réfléchit pas à demain.
Après ce bon repas, on prolonge la soirée sur la terrasse d'un snack-bar où on se refait la polyrythmie pour stylos de Camille. Les serveurs se moquent un peu, je crois. ILS NE COMPRENNENT PAS LA MUSIQUE, CES BOUGRES.
Sur le chemin du retour, j'entends un « wouhou !! » lointain mais n'arrivant pas à le localiser, je réponds « wouhou ? ». On me répond « wouuuhouuu ! ». S'en suit un échange d'une dizaine de « wouhou », sans que je sache d'où provient mon interlocuteur au langage fort développé. Un peu plus loin dans la rue, je vois deux personnes sur le toit d'un immeuble faisant des grands gestes !!! Un dernier « wouhou » échangé, des grands signes de coucou, et ils s'en vont de leur toit, dans la pénombre tandis que l'on rejoint notre B&B.

Une soirée assez mémorable pour clore ce périple. Palerme semble être une ville agréable, peut-être plus encore que Catane car moins agitée en apparence, mais très vivante.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire