28 avril 2015


Quelle nuit bizarre. J'ai fait des rêves étranges. Je me réveille avec un petit vent de nostalgie, déjà, triste de partir, « déjà ». Pourtant, une semaine, c'est pas grand chose, mais assez pour se plonger dans une ambiance et un état d'esprit dont on a pas du tout envie de sortir. Je sais qu'en rentrant, je serai encore un peu la tête dans les volcans, que j'aurai du mal à me refaire à l'idée du quotidien, des impératifs, des doutes. J'étais bien, dans ma bulle de carpe diem. Pour l'heure, on flâne quelques heures à l'hôtel avant de partir se prélasser sur une place plutôt jolie.


 
Puis deux mecs s'amènent vers nous avec un smartphone. Je me dis qu'ils veulent qu'on les prenne en photo quand l'un d'eux s'installe simplement à côté de nous et commence à nous prendre en photo avec eux... Je cache mon visage et me tourne vers Camille avec un regard interrogateur qui voulait dire un truc du genre « je rêve où ils nous prennent en photo ces gros débiles ? » Hé ho, c'est quoi ces manières de faire ??? Dans un anglais parfait, je conteste d'un « euh, no no no, no ! ». Après quoi, l'un des deux me rétorque « you, youtube. » Moi : « Ah no, no. » Lui : « You know Youtube » (ben vas-y, appelle moi con). Moi : « Yes, but NO. » Lui : « No ? Why ? » Moi : « You don't put me on youtube. » Son pote : « Okay okay, sorry ». Si ces gros nazes se reconnaissent, un jour, qu'ils se manifestent, j'aimerais bien savoir si je suis sur youtube quand même !
J'imagine qu'il s'agit d'une blague un peu débile où ils font poser des gens avec eux style « on prend une photo avec vous » (WTF ???) et qu'en fait c'est une vidéo et ahahah ! les gens ont l'air bête. SER MARRAN SA DIDONK.

Enfin, 13h30 arrive et nous prenons le bus Terravision qui nous amène de Palerme à l'aéroport de Trapani, directement. Une heure et demie plus tard, à 15 heures, nous voici à l'aéroport. Deux heures et demie plus tard, nous voici dans l'avion. Trois heures plus tard, nous voici à Beauvais. Deux heures plus tard, nous voici à Porte Maillot. Une demie heure plus tard, nous voici chez moi. Fiou. Ça fait un peu beaucoup de transports dans la journée, ça. Au passage, Camille s'est faite contrôlée dans le bus La Défense – Courbevoie, truc qui n'arrive JAMAIS... Vraiment pas de bol.

Ce fut un voyage bizarrement assez court, mais bien rempli. Ne pas louer de voiture nous a obligées à passer pas mal de temps dans les transports (avion-train-bus-ferries) mais ce ne fut pas vraiment déplaisant non plus. Regarder défiler le paysage, chanter, faire de la polyrythmie de stylos, ou dormir... Y a toujours de quoi faire dans un train ! Même si certaines journées étaient quand même assez longues à ce niveau.
La météo a été carrément clémente, soleil tous les jours, et bien qu'on ait violemment cramé de la tronche, le printemps est quand même super agréable comme période. Je me serais pas trop vue monter le Stromboli, ce cagnard en plein mois d'août, même si la récompense doit être d'autant plus savoureuse.
En revanche, je ne peux que conseiller de grimper le Stromboli et l'Etna, déjà pour l'expérience de se confronter à des cratères fumant, mais aussi pour l'expérience de l'ascension elle-même, surtout en ce qui concerne le Stromboli, qui restera je pense une des expériences les plus mémorables de ma vie (pour l'instant ça l'est, aussi courte soit-elle).

En tout cas, une chose est sûre, je reviendrai grimper l'Etna, cette fois en ENTIER.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire