27 août 2017


Du bus, du bus, du bus. 


Gros dodo jusqu'à 8 heures. Lever, petit dej, rangement des sacs. On s'écrit nos cartes postales dans la salle à manger du refuge quand les allemands nous préviennent que le bus est arrivé. On sort avec toutes nos affaires et ils nous expliquent qu'ils n'ont pas de carte bleue et que le bus n'accepte que la carte. Ah. C'est dingue quand même, dans un bled pareil, comment font les gens qui n'ont pas de carte bancaire ? Ça existe ! Remarque, c'est pas la première fois en Suède qu'on voit des magasins qui n'acceptent pas le cash. Camille leur propose de payer pour eux en carte et qu'ils nous reversent la somme en liquide. Ils ont de la chance, pas sûre que tout le monde aurait accepté ça. Hop, on s'installe dans le bus et on savoure le paysage ensoleillé. Punaise, à chaque fois qu'on aura fait du bus, il faisait beau. A croire qu'il y a un micro-climat dans les parcs nationaux O_o

Ah bah oui, on est un peu plus fraîches hein






On regarde un peu les photos depuis le début de la rando avec un peu de nostalgie. On somnole, on mange des chips, on retrouve le réseau de téléphone pour envoyer quelques nouvelles, ça fait presque 10 jours heure pour heure qu'on n'a pas pu donner quelconque nouvelle. Trois heures de route plus tard, on arrive à Gälliväre avec une heure d'avance ! Il est 13h15, on attend le bus pour Lulea à 16h. On a de la chance, il fait hyper beau, du coup on reste dehors sur une table de pique-nique, on s'écrit des cartes postales moustiques (ah bah il nous les fallait!!), j'écris mon carnet... Le temps passe pas très très vite quand même, c'est un peu longuet.




Bus pour Lulea à 16 heures, ponctuel. Camille paye à nouveau pour les allemands, elle se retrouve avec plein de thunes en cash !!! Va falloir dépenser tout ça, on a presque plus d'argent que ce qu'on a retiré à la base ! On s'assoupit jusqu'à la pause de 17h50 et on sort pour aller aux toilettes. A notre retour dans le bus, deux bonnes femmes ont pris nos places. Grr. On voit que juste derrière « nos » places, y a un type tout seul et encore derrière lui une nana toute seule, du coup on demande à un mec s'il veut bien se décaler à derrière pour qu'on soit à côté, et il nous regarde avec un air hyper désagréable, comme si on lui demandait du fric ! Il nous répond même pas, on comprend vite que c'est non et on va s'assoir l'une en face de l'autre à une table de quatre avec deux ados qui prennent beaucoup de places (elles ont leur gros sac sur les genoux). On discute pendant le trajet qui passe relativement vite et nous voilà à 19h30 à la gare routière de Lulea. Récupération des bagages, direction la gare ferroviaire. On s'arrête dans une boutique pour acheter des sandwichs fromage / concombre. Waaaaaaaahhhhhhhhh ce délice de manger du CONCOMBRE ! Des crudités ! Miam ! De l'eau !! Ça fait du bien après 10 jours de frometon et de soupe. Arrivées à la gare, on mange par terre dans le hall de la gare puis on patiente dans un kebab assez glauques où on prend un café et un thé.



C'est un Kaybab (LOL ! Nini Reine du Royaume de l'humour !)

Je m'aperçois que le train est déjà là, en fait il part de Lulea, donc on peut s'installer dedans bien avant le départ. On trouve notre compartiment et on se rend compte que seules les banquettes du haut sont installées, les deux autres doivent être installées par les voyageurs eux-mêmes, y a même un petit mode d'emploi. La vache, on est bien dans le pays d'IKEA !

Vers 21h30, avec l'aide des deux autres dames du compartiment, on installe les banquettes et nous couchons. Je fourre nos deux énormes sacs tout en haut dans l'espace bagages et m'endors avec le bercement du train.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire